Rencontres Théâtre

Kaïros aux Fous de la Rampe

Une_fousdelarampe_kairos

Nous retrouvons la troupe Kaïros, dans un appartement lumineux. Nous nous installons, thé ou café et la discussion est engagée. Le collectif Kaïros, c’est un projet hors du commun et surtout hors-compétition au Fous de la Rampe proposé par Rebecca Fels, Leïla Devin et Coline Ledoux. Elles joueront pour la première fois la première pièce de leur jeune collectif à l’ouverture des Fous de la Rampe.

11034559_10206201328775291_385481667_o

C’est l’histoire de trois jeunes filles animées par un besoin de jouer. Toutes trois sorties du COP Théâtre (Cycle à Orientation Professionnel) du conservatoire de Caen, elles forment un collectif afin de jouer un répertoire qui les réunit : le répertoire antique, Eschyle, Sophocle… Ce collectif naît d’un désir de raconter des histoires, elles ont certes des envies différentes, elles viennent de trois milieux différents, mais c’est ce qui fait la force de ce collectif. Chacune apporte son savoir, ses connaissances, et ses envies à cette troupe. Elles s’apportent tout autant les unes aux autres.

11045652_10206201328815292_1026620863_oLes Tantalides, non seulement c’est le nom d’une grande famille mythique de l’antiquité grecque, mais la pièce s’est inspirée des pièces de Sophocle, d’Euripide et d’Eschyle, qui racontent leur histoire, on y retrouve d’ailleurs certains passages. Tout le reste du spectacle est dû à un travail d’improvisation et d’écriture de plateau. Cette pièce est également un moyen de mettre en application ce qu’elles ont appris au conservatoire, mais aussi de remettre en question ce savoir. Il y a un véritable travail dramaturgique, un vrai travail de Titan. Cependant, elles insistent sur la complexité de cette tâche : il faut prendre le temps de se planter. La pièce dans sa finalité ne ressemble en rien à ce qu’elles avaient commencé à mettre en place cet été. Elles se laissent encore quelques marges d’improvisations pendant les représentations pour garder ce côté instantané, tout en assumant d’être au théâtre.

11029836_10206201329935320_1846804795_o

Pour la suite du projet, elles ont quelques dates en campagnes. Et une autre date à Rennes au festival étudiant « K- Barré ».

 

«  Venez il y’aura du vin et des crackers ! »

 

Et nous avons la chance de poursuivre cette interview avec trois invitées de marques : les fossoyeuses en personne  !

 

Pourquoi être fossoyeuse ?

La première : Parce que c’est comme ça, je suis tombée dans une tombe étant petite et j’y suis restée. Je suis celle qui porte le cercueil, parce que je suis la plus musclée du groupe.

La troisième : Je suis stagiaire, on m’a dit ça à la réunion. Je porte le balai et le panier, c’est très utile. Enfin je crois…

La première : On est méfiante dans le panier, y a la bouteille et elle a tendance à picoler.

La deuxième : Je fais ce métier parce c’est la seule façon que j’ai trouvé pour pouvoir chanter en public. Donc je chante pendant la célébration, le rituel. C’est quelque chose qui me permet d’être en lien avec l’humain, le soutien aux familles…

La troisième : C’est vrai que c’est sensuel.

La première : Et puis ça nous permet d’approcher des personnalités. Oreste, je l’ai jamais autant approché pendant son enterrement ! Ça permet de garder les pieds sur Terre. Même les plus grands s’en vont un jour, nous on les enterre, ça nous fait relativiser.

 

La mort d’Oreste vous a bouleversé ?

La première : Ah oui !

La deuxième : Comme toutes les morts, j’suis très émotive. Je suis d’autant plus touchée de l’extinction de ce feu vivant sur terre qu’était Oreste !

La troisième : Ouais, je suis d’accord.

La première : C’était un homme politiquement engagé, qui a pris ses responsabilités à bras le corps, qui a débarrassé le pays d’un tyran : Clytemnestre.

La deuxième : Ah non, c’était pas un tyran !

La troisième : Je donne pas trop mon avis, mais Clytemnestre ça fait débat !

La deuxième : Parce que t’en as pas.

 

Un prochain mort à enterrer ?

La troisième : Maintenant qu’Oreste est mort c’est la fin de la famille des Tantalides. Le prochain c’est peut être Oedipe.

La deuxième : Il est déjà mort !

La troisième : Il faut que je me mette à la page..

La première : J’aurais bien enterré Médée.

Retrouvez Les Tantalides par le collectif Kaïros aux Fous de la Rampe à la Maison de l’Etudiant lundi 9 mars à  21h !

Pour plus d’information rendez vous sur l’événement facebook !

À propos de l'auteur

testcc2015