Découvertes Théâtre

Electre, une délectation dans Eclat(s) de Rue !

08-0304-electre

Alors qu’Eclat(s) de Rue a donné son coup d’envoi le 8 juillet dernier, nous avons assisté hier soir à la représentation d’Electre donnée par Humani Théâtre, au sein du Parc Saint-Paul de Caen. De quoi se délecter !

Pour cette nouvelle édition, Eclat(s) de Rue donne la part belle aux textes classiques, avec ses spectacles étiquetés « Eclat(sik) ». Ici, nous retrouvons la pièce de Sophocle, relatant l’histoire d’Electre, attendant le retour de son frère Oreste, pour venger la mort de leur père, Agammemnon, tué par leur mère et leur nouveau beau-père, Eghiste.

La représentation prend place au cœur du Parc Saint-Paul. Loin d’un théâtre fixe, renvoyant le spectateur à une posture statique, Humani Théâtre fait de son Electre une pièce mobile, dynamique, sans longueur et menée tambours battants. A la demande des comédiens, le public est invité à déambuler avec eux, à la poursuite de cette histoire. La compagnie déploie de nouvelles étendues, et se crée un espace scénique sur mesure.

 Quel plaisir d’entendre la beauté de ce texte classique, et d’en savourer chaque phrase, sublimée par la qualité des sept interprètes. Le comédien incarnant Oreste magnifie la rage intérieure qui l’habite. Ses échanges avec Egisthe, à la fin, se transforment en joute verbale, les mots fusant, percutants. L’incroyable Electre de cette pièce développe de bout un bout un jeu viscéral. Alternant les cheveux détachés ou non pour passer d’un personnage à l’autre, Chrysothémis, la sœur d’Electre, et Clytemnestre, la mère, sont jouées par une seule et même comédienne, remarquable dans le rôle de cette femme glaçante…

Cette adaptation du texte de Sophocle est brillamment pensée et mise en œuvre. La mise en scène fait de cette œuvre classique une pièce vivante, jouant pleinement la carte du théâtre physique. Ici, les corps sont engagés, qu’ils se mettent en mouvement, marchent en bataillon, ou s’élancent dans des danses saccadées, comme en témoigne l’excellente chorégraphie interprétée entre les arbres, après l’annonce de la mort d’Oreste. Quand le récit de celle-ci est donné, les comédiens nous plongent dans leur narration, les chars, la course, l’effervescence étant presque sous nos yeux…

Quel beau parti pris par Eclat(s) de Rue, que de mettre à l’honneur des textes classiques, au cœur de la ville, de les rendre accessibles, juste là, en cadeau. Cette électrisante Electre, dans la beauté de son interprétation, dans ses étonnantes déambulations, et son intelligente mise en scène, nous a conquis, pleinement !

À propos de l'auteur

Laurine

Laurine

Rédactrice Musique
Laurine, 25 ans, passionnée par la rencontre des arts d'ici et d'ailleurs. Chargée de production et de diffusion au sein d'une Compagnie en Arts Mêlés, je jongle entre Paris et Caen, toujours à l'affût de nouvelles découvertes. Pour Culturacaen.fr, je suis essentiellement rédactrice musique, chargée des chroniques et des live report, mais je fais également quelques explorations dans les arts de la rue !