Chroniques Musique

The Man is Gone – The Slaughterhouse Brothers

recto

En ce mois de septembre, les Slaughterhouse Brothers font leur rentrée, avec la sortie de leur nouvel album, intitulé The Man is Gone. Si sa sortie est prévue le 28 septembre, Culturacaen a été invité à écouter l’album en exclusivité : on vous en parle !

Enregistré et mixé par Nicolas Brusq au Capitola Analog Studio, l’album se compose de dix titres. Sa track list nous fait d’abord traverser les ambiances plutôt pop du groupe normand, avant de nous faire entrer, en seconde partie, dans une atmosphère résolument plus rock.

The Man is Gone s’ouvre sur D&L, qui nous fait retrouver la voix si particulière et identifiable de Lancelot. From Douala with love reste dans cette même veine pop-rock, plutôt légère, dont les « So it goes » répété nous restent en tête. Encore une fois, la voix malléable et polymorphe de Lancelot donne un juste équilibre à l’instrumental…

Si, dans ses couplets, Madeleine a des allures de ballade aux accents chaloupés, My Muse, qui lui succède, nous fait entrer dans ce que les Slaughterhouse Brothers font de meilleur, avec une rythmique plus saccadée, entrecoupée de couplets plus légers.

L’introduction de Time & Yards est de celles qui laissent grandir ce petit quelque chose trépidant, à grand renfort de lignes de basse poignantes et de riffs de guitare acerbes, annonciateur d’un déferlement d’énergie. Celui-ci tarde à venir, mais quand il s’installe, on s’imagine déjà le vivre en lie. Par moment, on y trouverait presque des influences psychéliques…

dscf7332-1

Après la ballade lumineuse offerte par A light, où la voix de Lancelot semble plus éthérée, Chemical Mount surprend. Enervée, organique, ce morceau est un sprint, tambour battant, où chaque instrument est lancé dans une course folle… Percutant.

Après la délicieuse Be a Man, l’album se termine sur Absinthe calls, notre coup de cœur de l’album. Celle-ci s’appuie sur des chœurs, des arrangements pointus. Elle semble s’étioler, après un dernier baroud d’honneur.

Les Slaughterhouse Brothers livrent ici un bel album, qui nous semble plus abouti encore que le précédent. Le groupe normand continue avec The Man is Gone à défendre le son ciselé qui le caractérise. L’album sortira le 28 septembre, date à laquelle ils joueront aux Trois Baudets à Paris !

À propos de l'auteur

Laurine

Laurine

Rédactrice Musique
Laurine, 25 ans, passionnée par la rencontre des arts d'ici et d'ailleurs. Chargée de production et de diffusion au sein d'une Compagnie en Arts Mêlés, je jongle entre Paris et Caen, toujours à l'affût de nouvelles découvertes. Pour Culturacaen.fr, je suis essentiellement rédactrice musique, chargée des chroniques et des live report, mais je fais également quelques explorations dans les arts de la rue !