En Live Musique

Jahen Oarsman aux Rendez-vous Soniques!

13245358_1101850209871587_1981397550838112867_n

Vendredi, Jahen Oarsman s’est produit sur la scène de la salle Beaufils, en première partie de Tryo, dans le cadre des Rendez-vous Soniques de Saint-Lô.

A cette occasion, nous sommes allés prendre de ses nouvelles, presque un an après qu’il soit devenu le lauréat 2015 de l’Ampli Ouest-France. « Pour moi, ça a été une très, très belle année. J’ai encore deux belles dates, ici, à Saint-Lô, puis à Saint-Nazaire bientôt, où il y aura du monde et des programmateurs ».

Jahen Oarsman tire un bilan plus que positif de l’année qui vient de s’écouler. « J’ai eu la chance de remporter l’Ampli Ouest-France. J’avais une chance sur cinq cent… Ça m’a permis, avec l’accompagnement de la Luciole et l’accompagnement du Cargö, de faire les Francofolies, les Papillons de Nuit et d’autres festivals, puis de jouer avant Selah Sue à Rouen, pour les concerts de la Région ». Ces différentes scènes ont permis au trio de forger encore davantage son expérience du live, de gagner en présence.

Vendredi, Jahen Oarsman a conquis le public, avec sa folk à la musicalité travaillée. A l’applaudimètre, il a récolté l’adhésion de l’ensemble de la salle. Il faut dire que la formation musicale a de quoi plaire ! Aux percussions, le cajón alterne avec le djembé. Le duo de guitare fonctionne à merveille. Et la voix de Jahen Oarsman, si identifiable, se pose divinement bien sur la musique folk qu’il défend, écrit et compose.

Après avoir sillonné les routes et avoir pris le temps de « faire découvrir le projet en région », le moment est venu pour Jahen Oarsman de rentrer dans la phase suivante. En ce moment, le trio travaille beaucoup dans les studios du Cargö. « J’essaye vraiment de trouver une unité. Là, en un mois, j’ai douze nouveaux morceaux, dont certains que j’avais déjà travaillé avant. J’en ai encore une bonne quinzaine en attente. En fait, j’ai envie de travailler différemment, par rapport à l’année dernière. J’ai vraiment envie de travailler l’artistique, travailler les morceaux, pour être vraiment content d’avoir un album potentiel, ou un EP dont je sois vraiment content, avec des paroles travaillées, des thèmes encore plus cohérents ».

Le jour de cette rencontre, on vient d’apprendre la disparition de Leonard Cohen. Jahen Oarsman nous confie son sentiment. « Pour moi, c’est THE poète. Ça fait partie des premières choses que j’ai écoutées, assis, sur le tapis de mon salon, comme tout le monde en hiver, devant la cheminée. Tu écoutes Suzanne, puis un jour, tu lis les paroles, et tu te rends compte que c’est un poète ».

Jahen Oarsman est conscient de la manière dont fonctionne le milieu professionnel auquel il appartient. Même s’il nous confie vouloir prendre son temps, peaufiner ses nouvelles compositions, il sait aussi que plus vite celles-ci seront finies et ancrées, et plus vite la promo pourra commencer, avec une bonne vidéo, pour amorcer une nouvelle tournée des festivals…

L’artiste a aussi de nouvelles envies, comme celle d’éventuellement intégrer un bassiste dans leur formation musicale. Une fois l’ensemble des nouveaux morceaux sortis, « on réfléchira à ceux qui ont besoin de basse. Cela permettrait de préparer un set live varié, où je n’ai pas toujours la guitare, avec un bassiste, ce qui me permet de préparer un show plus étoffé, plus riche ».

A la lumière du live qu’il a offert, vendredi soir, on a hâte de découvrir la suite du chemin artistique dessiné par Jahen Oarsman…

À propos de l'auteur

Laurine

Laurine

Rédactrice Musique
Laurine, 25 ans, passionnée par la rencontre des arts d'ici et d'ailleurs. Chargée de production et de diffusion au sein d'une Compagnie en Arts Mêlés, je jongle entre Paris et Caen, toujours à l'affût de nouvelles découvertes. Pour Culturacaen.fr, je suis essentiellement rédactrice musique, chargée des chroniques et des live report, mais je fais également quelques explorations dans les arts de la rue !