Divers Dossiers

[Médiévales] Rencontre avec Faï!

Sans titre 1

Durant le week-end, le public a pu découvrir l’univers de la compagnie Faï. Intrigué par son monde fantastique, nous avons rencontré Doudaï, fondateur de la compagnie, l’une des belles rencontres de ce week-end…

Faï est né il y a huit ans. « Notre intention au départ, c’était de mettre un peu de joie dans les cœurs, je te le dis comme je le ressens… ». A l’origine, pour l’anecdote, Doudaï fonde un campement de lutin pour enfants, pour pouvoir passer du temps avec les siens. Ce sera Faï Z’heure de rêves. Plus on l’écoute, et plus ça semble coller avec le personnage. « Au départ, on était vraiment parti sur ce camp d’animation pour les enfants. Dans ce camp, ils avaient la possibilité de s’exprimer. L’idée, c’était qu’ils ne soient pas seulement spectateurs, c’est qu’ils deviennent acteurs du truc. Il y avait du grimage, maquillage, une petite initiation aux arts du cirque. L’idée, c’est qu’ils puissent s’exprimer par ce biais là. Et après, il y avait une intention au niveau du feu, de la pyrotechnie. Moi, je suis passionné de feu. L’idée, c’était par le même biais, de pouvoir faire des spectacles de feu ».

P1060956

Faï, c’est une jolie multitude de rencontres, d’assemblages de compétences. Doudaï est forestier, élagueur, passionné de feu. Par le biais, entre autres, de stage dans les écoles de cirque, il s’entoure peu à peu de pyrotechniciens, régisseur technique, circassiens, échassiers acrobatiques, musiciens… Lors des spectacles, Faï propose un univers sonore singulier, intrigant, fourni, et quelque peu hypnotique. Quand on les découvre, ces artistes-là semblent porter un monde, le leur, qu’ils partagent avec ceux qui veulent rentrer dans la danse. Leur création musicale laisse affluer milles images…Et elle est à découvrir sur le site de la compagnie Faï !

Et c’était bel et bien la volonté de Doudaï, « La Porte Entre les Mondes, c’est le livre ouvert. Le portique, c’est le livre. Les personnages qui sortent du livre, et qui viennent à la rencontre des gens. Tu lis un livre de conte, ça te plait, et tu aimerais voir sortir les personnages. Normalement, ça n’existe pas, sauf que là, ça marche ». En nous disant ça, il sourit. Dans le fond, on commence à se demander si lui aussi, n’a pas une âme de lutin. En déambulation, Doudaï et ses joyeux compagnons semblent habités. A trois, ils occupent l’espace comme douze. Le feu s’élève dans les airs, la circassienne évolue avec son cerceau enflammé, le jongleur fait virevolter ses torches. A un mètre d’eux, tout adulte que nous sommes, on en frissonne… Leurs âmes de lutin répondent à celles des enfants qu’on garde bien en nous !

P1090658

Les spectacles de Faï sont en perpétuelle évolution. Le spectacle de feu, qui a été présenté samedi soir à Bayeux, existe depuis six ans, mais ne cesse d’être repensé. Samedi, un circassien, spécialisé en roue cyr, est venu les rejoindre, pour ajouter une note encore un peu différente. Chez Faï, l’idée est aussi de répondre à la demande, comme une sorte de constante création, pour répondre aux attentes des professionnelles et particuliers qui font appel à eux.

Faï joue beaucoup sur le réseau des arts de rue. « A Aurillac, on a eu la chance d’être branché par une équipe qui s’occupe d’un festival en Russie, à St Pétersbourg. Et eux, ils ont vraiment apprécié ce qu’on faisait, donc ils nous font revenir tous les ans, depuis quatre ans. Ca nous a permis d’ouvrir à l’international ». Et depuis, il y a eu la Roumanie, le Liban…

Actuellement, Doudaï et ses acolytes travaillent sur une nouvelle création, qui devrait sortir en septembre. « Là, on est sur un autre projet, on voudrait répondre à une question existentielle : d’où on vient ? Notre idée, c’est qu’il y a une civilisation extra terrestre, avant les Maya, qui est arrivée par hasard sur terre et qui a permis à l’homme de se développer de cette manière. On veut répondre à certaines questions qu’on se pose… C’est un mélange entre l’Atlantide, les Mayas avant les Mayas, les bâtisseurs…Comment on en est venu à faire des choses aussi majestueuses… ». Affaire à suivre, donc…

À propos de l'auteur

Laurine

Laurine

Rédactrice Musique
Laurine, 25 ans, passionnée par la rencontre des arts d'ici et d'ailleurs. Chargée de production et de diffusion au sein d'une Compagnie en Arts Mêlés, je jongle entre Paris et Caen, toujours à l'affût de nouvelles découvertes. Pour Culturacaen.fr, je suis essentiellement rédactrice musique, chargée des chroniques et des live report, mais je fais également quelques explorations dans les arts de la rue !