Cinéma Évènements de la semaine

Séances spéciales et événements : du 1 au 7 avril

Une_EDLS_1avri

Bird (1988) de Clint Eastwood

Mercredi 1 avril | Café des Images | 20h45

De Clint Eastwood, USA (VOSTFR), 1988. 2 h 40. Avec Forest Whitaker, Diane Venora…

Bird est une interprétation cinématographique de la vie de Charlie « Yardbird » Parker, jazzman visionnaire et musicien accompli qui éleva le saxophone à un niveau d’expression inédit. Le film dépeint alternativement la jeunesse et la maturité de cet homme et de ce créateur de génie, sa carrière et ses drames personnels. Charlie Parker fut une énigme. La puissance et la beauté de son style firent de lui un précurseur, mais sa vie privée fut un enfer. Ce film tente d’éclairer le penchant de Parker pour la drogue, l’alcool et les femmes, de comprendre la nature de sa passion pour Chan Richardson, la complexité de sa vision et, surtout, sa musique.

« Le plus grand film sur le jazz. Une oeuvre majeure dans la carrière d’Eastwood. » (L’Express)

Film diffusé dans le cadre du cycle Biopic par Emmanuel Burdeau.

 

M le maudit (1931) de Fritz Lang

Vendredi 3 avril | Café des Images | 14h30

M de Fritz Lang. Allemagne (VOSTFR), 1931. 1 h 45. Avec Peter Lorre, Otto Wernicke, Gustav Gründgens, Elien Windmann…

Dans une grande ville, un sadique assassine les petites filles. Deux policiers essayent en vain de le démasquer. C’est la pègre qui découvre le meurtrier et le condamnent à mort, la police arrivant à temps pour empêcher son exécution. Encore fortement marqué par l’expressionnisme, la mise en scène est conçue comme un immense piège qui enserre peu à peu le maudit.

« M annonce les grandes œuvres américaines de Lang et leur univers infernal, soumis à la nécessité et voué à la mort. » (Joël Magny, Dictionnaire des films. Ed. Larousse)

 

Selam Bahara Yolculuk (2014) de Hamdi Alkan

Vendredi 3 avril | Lux | 20h30

De Hamdi Alkan, Turquie (VOSTFR), 2014. 2H06. Avec Aslihan Güner, Gürol Güngör, Merve Sevî…

Ismail l’instituteur va au Kirghizistan afin d’écrire une nouvelle histoire remplie d’espoir. Son abnégation et son dévouement ne suffiront pas à lui ouvrir toutes portes. Mais quand il est question d’ouvrir une école, il faut se préparer à faire face à la plus grande bataille du monde : «Le combat contre l’ignorance».

Ce film vous est proposé avec la complicité de la communauté turque de Caen la Mer.

 

L’Algérie et ses cultures

Vendredi 3 avril | Lux

Une soirée joyeuse et musicale, dédiée aux musiques d’Algérie en collaboration avec Chansons sans Frontières à l’occasion de sa 9ème édition.

 

19h00 : Repas algérien sur réservation (Couscous, desserts et boissons, 20 places maximum)

 

20h00 : Concert Sherazade et LavionRose : Un chant vibrant, sensuel et métissé, nourri des racines du monde et des multiples cultures qui ont forgé identité musicale de Sherazade. Chant lyrique, musique russe et orientale, traditionnelle ou classique avec des affinités pour la pop et le jazz. Elle chante ici avec LavionRose, cinq gaillards qui ont sillonné les scènes du monde et leur musique pop rock à la croisée des courants et des influences musicales.

 

20h40 : Entracte autour d’un thé et de pâtisseries algériennes avec l’association culturelle et laïque Perle de Cultures

 

21h00 : El Gusto, de Safinez Bousbia, Algérie (VOSTFR), 2012. 1H33.

La bonne humeur – el gusto – caractérise la musique populaire inventée au milieu des années 1920 au cœur de la Casbah d’Alger par le grand musicien de l’époque, El Anka. Elle rythme l’enfance de ses jeunes élèves du Conservatoire, arabes ou juifs. L’amitié et leur amour commun pour cette musique qui «fait oublier la misère, la faim, la soif» les rassemblent pendant des années au sein du même orchestre jusqu’à la guerre et ses bouleversements. El Gusto, Buena Vista Social Club algérien, raconte avec émotion et bonne humeur comment la musique a réuni ceux que l’Histoire a séparés il y a 50 ans.

 

Côté Courts : Art vif dans tous ses états

Samedi 4 avril | Lux | 10h00

Avec la complicité de l’Actéa et de l’association Art vif à l’occasion des représentations à la Ciné/Théâtre de Sans Titre ou L’Amour que l’on ne sait conçu par Jean-Pierre Dupuy avec les comédiens-stagiaires d’Actéa. Projection de Un truc de ouf ! et Rouge, deux courts métrages de Marc Rapilly et Laurent Brad, en leur présence.

 

Et en Bosnie-Hérzégovine ? 10ème édition du Printemps Balkanique

Samedi 4 avril | Café des Images

18h30 : Les Femmes de Visegrad de Jasmila Zbanic, Bosnie, Qatar, Allemagne, Australie (VOSTFR), 2014. 1 h 13. Avec Kym Vercoe, Boris Isakovic…

Après de magnifiques vacances d’été dans un village de Bosnie, Kym, une touriste australienne, découvre que ce lieu a connu de tragiques évènements au moment de la guerre de Bosnie. Touchée, elle ne peut oublier et décide de retourner sur les lieux pour lever le silence.

« Une intéressante réflexion entre permanence des lieux et déni de mémoire. » (La Croix)

« Ce film étonnant flotte entre documentaire et fiction : Kym Vercoe joue son propre rôle dans cette quête dédiée – comme dit le titre original – « à ceux qui ne peuvent plus raconter l’histoire ». » (Télérama)

 

20h00 : De guerre lasses de Laurent Bécue-Renard. France, 2003. 1 h 45. Avec Jasmina Dedic, Senada-Hajrija Mumic, Sedina Salcinovic…

Quelque part en Bosnie, des femmes réunies par une commune détresse, vivent, pleurent, dansent, chantent et rient. Le temps d’un travail thérapeutique, dans une grande maison qui les accueille, elles tentent, à travers une parole souvent difficile, de retrouver un sens à leurs vies ravagées par la guerre. Chronique de Sedina, Jasmina et Senada – trois jeunes femmes nées dans une Europe qui se croyait libérée des démons guerriers du passé. Quatre saisons du deuil, de la vie et de l’amour. Quatre saisons de la parole. Prix du Film de la Paix (Friedensfilmpreis) au Festival International du Film de Berlin.

« Ce film se distingue par l’extrême sobriété qu’il met à communiquer la proximité de ces expériences « extrêmes » l’émigration clandestine, les ravages de la guerre que l’éloignement et la distorsion de la virtualité télévisuelle nous ont habitués à prendre pour « étrangères ». » (Libération)

« La démarche du cinéaste rend leur humanité à ces femmes et nous laisse un fragile sentiment d’apaisement. » (Positif)

Projection suivie d’une rencontre avec le réalisateur, en partenariat avec Le Printemps Balkanique.

 

Xenia (2014) de Panos H. Koutras

Mardi 7 avril | Lux | 19h00

De Panos H. Koutras, Grèce (VOSTFR), 2014-2h08. Avec Kostas Nikouli, Nikos Gelia…

A la mort de leur mère, Dany et son frère Odysseas, 16 et 18 ans, prennent la route d’Athènes à Thessalonique pour retrouver leur père, un Grec qu’ils n’ont jamais connu. Albanais par leur mère, ils sont étrangers dans leur propre pays et veulent que ce père les reconnaisse pour obtenir la nationalité grecque. Ce voyage mettra à l’épreuve la force de leurs liens…

«Une beauté à la fois morale et vitale : la détermination victorieuse du cinéaste à colorer d’humour, d’enfance et de rêve le train fantôme cauchemardesque et hors de contrôle à quoi ressemble son pays aujourd’hui.» (Libération)

Projection précédée d’une intervention de représentants du collectif Solidarité Normandie Grèce sur la situation sociale et politique de la Grèce. A l’issue de la projection, propositions de spécialités culinaires grecques en cafétéria en partenariat avec l’Amorgos – Cantine Paysanne. Une soirée proposée en collaboration avec l’association Balkans-Transit à l’occasion du 10ème Printemps balkanique.

 

Les Valseuses (1974) de Bertrand Blier

Mardi 7 avril | Pathé | 20h00

De Bertrand Blier, France, 1974. 1h55. Avec Gérard Depardieu, Patrick Dewaere, Miou-Miou, Brigitte Fossey…

Liés par une forte amitié, deux revoltés en cavale veulent vivre à fond leurs aventures. Cette fuite sera ponctuée de provocations et d’agressions mais également de rencontres, tendres instants de bonheur éphémères.

 

A la vie (2014) de Jean-Jacques Zilbermann

Mardi 7 avril | Café des Images | 20h15

De Jean-Jacques Zilbermann. France, 2014. 1 h 44. Avec Julie Depardieu, Johanna ter Steege, Suzanne Clément…

1960. Trois femmes, anciennes déportées d’Auschwitz qui ne s’étaient pas revues depuis la guerre, se retrouvent à Berck-Plage. Dans cette parenthèse de quelques jours, tout est une première fois pour Hélène, Rose et Lili : leur premier vrai repas ensemble, leur première glace, leur premier bain de mer… Une semaine de rires, de chansons mais aussi de disputes et d’histoires d’amour et d’amitié…

« Les premières minutes du film sont une époustouflante reconstitution des derniers jours d’Auschwitz. » (Marianne)

Projection suivie d’une rencontre avec le réalisateur, en partenariat avec le Mémorial de Caen.

À propos de l'auteur

testcc2015